Une chance est donnée à chaque sport de se développer

  • 20 juin 2022

  • Alexandra Herzog / Trad.: ValĂ©rie Gianadda

  • zvg

Depuis le 1er mai 2022, le sport s’est rĂ©organisĂ© au sein de la FĂ©dĂ©ration suisse de gymnastique (FSG). Qu’est-ce que cela signifie vraiment et quelle est la raison de cette restructuration ? Explications de JĂ©rĂŽme HĂŒbscher, chef de la division de l’encouragement du sport.

– PublicitĂ© –

JĂ©rĂŽme HĂŒbscher, quelles sont les principales raisons de cette restructuration ?

Tout d’abord, les tĂąches de la division du sport de masse ont Ă©tĂ© revues ces derniĂšres annĂ©es, ensuite, Ă  l’instar de toute organisation, une rĂ©vision des structures existantes s’imposait aprĂšs 15 ans et, enfin, nous voulions mettre davantage l’accent sur le sport, c’est-Ă -dire renforcer la base en profondeur.
 

Comment avez-vous procédé ?

Nous nous sommes demandĂ© comment faire pour que notre objectif, mettre le sport sous un seul toit, se reflĂšte dans les structures. Nous voulions que tout le monde parle un mĂȘme langage, qu’il s’agisse de sport de masse ou de sport d’élite. Il fallait opĂ©rer un rapprochement entre les deux domaines ; en effet, le sport de performance est Ă©galement prĂ©sent dans le sport de masse.
 

Ce qui veut dire concrĂštement ?

Nous nous sommes appuyĂ©s sur le modĂšle FTEM de Swiss Olympic et de l’Office fĂ©dĂ©ral du sport qui illustre le parcours de l’athlĂšte. Chacun de nos membres y a sa place. Que le parcours s’arrĂȘte aprĂšs la premiĂšre ou la troisiĂšme Ă©tape ne joue aucun rĂŽle. Et c’est justement cela que la nouvelle structure de la fĂ©dĂ©ration doit illustrer : nous avons dĂ©sormais, d’une part, la division « encouragement du sport Â» qui englobe tous les sports, olympiques ou non. En effet, le parcours de l’athlĂšte commence toujours par l’encouragement du sport, c’est-Ă -dire par la base. D’autre part, nous avons la division « mission olympique Â» avec les athlĂštes de gymnastique artistique, gymnastique rythmique et trampoline une fois qu’ils atteignent le niveau F3/T1.

Nous voulions que tout le monde parle un mĂȘme langage, qu’il s’agisse de sport de masse ou de sport d’élite.
JĂ©rĂŽme HĂŒbscher Chef de la division de l'encouragement du sport

Quels avantages espérez-vous obtenir de cette réorganisation ?

Utiliser de nombreuses synergies, mettre en commun les ressources et transfĂ©rer le savoir-faire d’une division Ă  l’autre. Les individus et les sports qui s’occupent de thĂšmes similaires ou identiques se retrouvent dĂ©sormais rĂ©unis. Il y a les domaines « sports Ă  composition Â» et « sports mesurables et jeux Â». Avant, lorsque tout Ă©tait gĂ©rĂ© par la division du sport de masse, il Ă©tait difficile de traiter les sujets en profondeur. Les groupes d'intĂ©rĂȘt ont des besoins diffĂ©rents.

En tant que chef de division, je n’avais que peu de temps disponible pour dĂ©velopper correctement les sports tandis qu’à prĂ©sent les deux chefs de domaine peuvent s’y consacrer. Le dĂ©veloppement bĂ©nĂ©ficie donc de ressources accrues. Il s’agit d’un pas extrĂȘmement important.
 

Quels sont les défis ?

Il faut que tout le monde soit parfaitement conscient que le sport se retrouve sous un seul toit (mĂȘme si en fin de compte il y a deux divisions), que tout le monde parle un mĂȘme langage et que tout le monde ait une idĂ©e claire du modĂšle FTEM. Enfin, il faut faire en sorte que la base le sache aussi.

En outre, cette rĂ©organisation reprĂ©sente un vrai dĂ©fi en termes de ressources humaines et de structures ; en effet, les groupes spĂ©cialisĂ©s deviennent des secteurs, ce qui leur donne plus de poids et les oblige Ă  se rĂ©organiser.

Si désormais tous les sports à composition collaborent, alors nous pourrons profiter énormément les uns des autres.
Funda Birrer Cheffe du secteur de l’aĂ©robic

Qu’est-ce que nos sociĂ©tĂ©s doivent savoir Ă  ce sujet ?

Les sociĂ©tĂ©s n’ont pas besoin de connaĂźtre en dĂ©tail les nouvelles structures. Par contre, il faudra un jour ou l’autre qu’elle connaisse le modĂšle FTEM qui doit ĂȘtre utilisĂ© Ă©galement Ă  la base, donc dans les sociĂ©tĂ©s. Par ailleurs, elles doivent ĂȘtre conscientes que davantage de ressources doivent ĂȘtre investies dans le dĂ©veloppement des diffĂ©rents sports et manifestations. La FSG Ă©tablit pour chaque sport un concept d’encouragement qui s’appuie sur le modĂšle FTEM, et chaque sport de compĂ©tition a une nouvelle classification. Nous rendons le nouveau modĂšle de classification (Link auf Idee) transparent en indiquant oĂč et pourquoi investir de l’argent. La comprĂ©hension de la pondĂ©ration des sports s’en trouve facilitĂ©e. Il existe des critĂšres basĂ©s sur des faits auxquels on peut se rĂ©fĂ©rer. Ainsi, chaque sport a la chance de se dĂ©velopper. Cela doit ĂȘtre perceptible.

J’espĂšre pouvoir encore mieux collaborer Ă  ce niveau mais nous devons garder Ă  l’esprit que les fĂȘtes de gymnastique se dĂ©roulent Ă  la base.
Bernhard Meyer Chef du secteur du centre de support

La division du sport de masse a officiellement Ă©tĂ© dissoute le 16 mai 2022 puis transfĂ©rĂ©e dans la division de l’encouragement du sport. Certains secteurs existants sont devenus des domaines, d’autres sont devenus des domaines partiels et des groupes spĂ©cialisĂ©s sont devenus des secteurs. Les chefs de secteur considĂšrent cette rĂ©organisation comme une grande chance de dĂ©velopper les sports et de renforcer la base.

Co-Partner

Partner

fermer