Deux géants qui ne font pas les choses à moitié

  • 26 juillet 2022

  • Thomas Ditzler

  • Thomas Ditzler

  • Vous pouvez Ă©galement trouver cet article dans GYMlive 3/2022.

Christian prĂ©side, avec l’association cantonale appenzelloise, la plus grande fĂ©dĂ©ration sportive du canton. Samuel est actuellement le lutteur le plus performant du pays. Les frĂšres Giger sont liĂ©s corps et Ăąme Ă  leur discipline sportive.

Portrait

Christian Giger

Date de naissance : 31 août 1990
Domicile : Gais
Profession : SpĂ©cialiste de la sĂ©curitĂ© douaniĂšre et frontaliĂšre 
Hobby : Cuisine, gymnastique
SociĂ©tĂ© : TV BĂŒhler

Christian prĂ©side depuis fin 2020 l’association appenzelloise de gymnastique. Auparavant il a Ă©tĂ© prĂ©sident de la TV BĂŒhler pendant 11 ans.

Samuel Giger

Date de naissance : 24 mars 1998
Domiciile : Ottoberg
Profession : Chauffeur de poids lourds
Hobby : La lutte
Société : Club de lutte am Ottenberg, société de gymnastique MÀrstetten

Samuel est entre autres champion de la liste des points annuels 2021 de l'Association fĂ©dĂ©rale de lutte suisse. En 2021 il a gagnĂ© Ă  la Kilchberger Schwinget. À ce jour il remportĂ© 50 couronnes et 25 victoires de fĂȘte (situation au dĂ©lai de rĂ©daction).

– PublicitĂ© –

Ils sont grands, vraiment grands. Deux gĂ©ants de Suisse orientale. Alors que Samuel Giger mesure 1,94 mĂštres, son frĂšre Christian, de huit ans son aĂźnĂ©, le dĂ©passe mĂȘme d'un centimĂštre. « Un dĂ©tail important », comme l’ajoute Christian en souriant. Les deux habitent en Suisse orientale – Christian Ă  Gais en Appenzell, Samuel Ă  Ottoberg en Thurgovie – et ne correspondent pas du tout au clichĂ© courant selon lequel les Appenzellois sont plutĂŽt de petite taille.

La taille n’est qu’une des nombreuses caractĂ©ristiques qui unit les deux frĂšres. « Le sport a trĂšs rapidement occupĂ© une place importante dans notre vie », dĂ©clare Samuel Giger. Alors qu’il s’est tournĂ© vers le sport de lutte, Christian est attirĂ© par la gymnastique. Avec 25 victoires lors de fĂȘtes, 50 couronnes (situation au dĂ©lai de rĂ©daction) et le succĂšs Ă  la Kilchberger Schwinget en 2021, Samuel, 24 ans, a fortement marquĂ© la lutte au cours des derniĂšres annĂ©es.

De la sociĂ©tĂ© Ă  l’association

Depuis fin 2020 Christian, 31 ans, joue Ă©galement un rĂŽle important. AprĂšs onze ans passĂ©s Ă  la prĂ©sidence de la sociĂ©tĂ© TV BĂŒhler, il a pris la tĂȘte de l’association appenzelloise de gymnastique. « J’ai commencĂ© trĂšs tĂŽt avec des engagements bĂ©nĂ©voles. Cela suscite un grand enthousiasme en moi », raconte Christian en Ă©voquant ses dĂ©buts.

Le talent de Samuel pour la lutte a Ă©tĂ© identifiĂ© trĂšs rapidement. « Une grande partie de la famille a un jour ou l’autre pratiquĂ© la lutte ou la pratique encore », dĂ©clare-t-il. Son pĂšre Emil, qui est entre autres double lutteur couronnĂ© fĂ©dĂ©ral, y est pour beaucoup. Il allait de soi que la progĂ©niture de Giger enfilerait la culotte de jute. La famille Giger est composĂ©e de six frĂšres et sƓurs. Quatre garçons et deux filles.  Dans sa jeunesse Christian a Ă©galement tentĂ© de devenir un mĂ©chant : Â« En tant que lutteur il me manquait toutefois le dernier petit truc. J’ai souvent dĂ» â€č bouffer â€ș de la sciure. » Au bout d’une saison Christian en a eu assez.

Champion suisse aux jeux nationaux

Il en a Ă©tĂ© tout autrement avec Samuel, qui, en plus de la lutte, a aussi fĂȘtĂ© des succĂšs en tant que gymnaste aux jeux nationaux de la sociĂ©tĂ© de gymnastique MĂ€rstetten et est quadruple champion suisse chez les actifs (2014/15/16/18). « Mais Ă  un moment donnĂ©, je ne pouvais plus pratiquer les deux sports avec la mĂȘme ambition. », explique Samuel. Je me suis dĂ©cidĂ© pour la lutte : « J’y ai vu un plus grand potentiel. »

Alors que Samuel est restĂ© dans la sciure de la lutte, Christian s’est dĂ©couvert une passion pour la gymnastique par le biais de la section jeunesse. « S’entraĂźner ensemble, participer Ă  des compĂ©titions et fĂȘter des succĂšs sont trois aspects qui m’ont fidĂ©lisĂ© Ă  la gymnastique durant toutes ces annĂ©es », c’est ainsi que Christian explique sa fascination. MĂȘme si les deux frĂšres ont suivi des chemins diffĂ©rents sur le plan sportif, quelques points communs les relient dans leur maniĂšre de faire ainsi que dans la pratique de leur sport. Christian dĂ©crit son frĂšre cadet Samuel comme Ă©tant ambitieux, trĂšs discipline et avec une volontĂ© de fer. Samuel rĂ©torque : « Christian a des traits de caractĂšre similaires. » Son ambition ne s’exprime certes pas dans le sport actif. « Ce que Christian entreprend, il l’entreprend sĂ©rieusement. Il a Ă©galement besoin de volontĂ© et d’ambition et du sens du devoir pour remplir ses fonctions bĂ©nĂ©voles », continue Samuel. Tous deux s'investissent corps et Ăąme pour leur sport. « Nous ne faisons pas les choses Ă  moitiĂ© », souligne Samuel.

Le bénévolat a suscité mon enthousiasme dÚs mon plus jeune ùge.
Christian Giger

Engagement de plusieurs années

Lorsque Christian a Ă©tĂ© Ă©lu nouveau prĂ©sident de l’association appenzelloise de gymnastique fin 2020, il le savait clairement. « Si on veut obtenir des rĂ©sultats dans cette fonction, trois ans ne suffisent pas », estime-t-il et de complĂ©ter : « Il s’agit d’une fonction dans laquelle je me sens engagĂ© sur une longue pĂ©riode. » En plus de la formidable Ă©quipe qu’il a trouvĂ©e dans l’association, c'est aussi l'occasion de voir un autre aspect de l'engagement sportif. C'est ce qui l'a poussĂ© Ă  accepter ce poste. La fonction de prĂ©sident est trĂšs importante », dĂ©clare-t-il.

L'importance qu'il accorde Ă  cet engagement se reflĂšte dans le fait que Christian a pris du recul dans sa profession de spĂ©cialiste de la sĂ©curitĂ© douaniĂšre et frontaliĂšre pour se consacrer davantage Ă  son bĂ©nĂ©volat. « Les visites sur le terrain de compĂ©tition sont essentielles pour moi et demandent beaucoup de temps. Il ne faut pas nĂ©gliger le travail de l’association », souligne-t-il. En mĂȘme temps il insiste sur la comprĂ©hension et la flexibilitĂ© de son employeur.

Christian (shirt blanc) et Samuel Giger : Deux frĂšres qui s’engagent depuis de longues annĂ©es pour leur sport.
Les frÚres Giger sont liés corps et ùme à leur discipline sportive.
Samuel, 24 ans, fait actuellement partie des meilleurs lutteurs du pays.

80 pourcent comme formule magique

La formule magique citĂ©e par Christian, Ă  savoir ne plus travailler Ă  100 pourcent, aide Ă©galement son frĂšre pour continuer Ă  faire partie des meilleurs lutteurs du pays. Comme Christian, Samuel travaille Ă  80 pourcents : « Cela me permet de me consacrer plus intensivement Ă  la lutte. » Le chauffeur de poids lourds se libĂšre ainsi la tĂȘte pour son sport. En effet « Tout passe aprĂšs la lutte. »

Le grand engagement des deux frĂšres laisse Ă©galement des traces dans la vie de famille. « Nous ne nous voyons pas trĂšs souvent, car nous sommes tous les deux trĂšs occupĂ©s », dĂ©clare Samuel. Les deux frĂšres Giger ont appris trĂšs vite Ă  profiter au mieux du temps passĂ© ensemble. Avec le divorce de leurs parents, ils n'ont pas grandi ensemble pendant une grande partie de leur enfance. Samuel est allĂ© vivre chez sa mĂšre Ă  Ottoberg, alors que Christian est restĂ© chez son pĂšre en Appenzell. « MĂȘme si nous n’avons pas grandi comme des frĂšres et sƓurs typiques, nous avons une super relation entre tous les membres de la fratrie », s’enthousiasme Samuel.

La famille est un soutien important. Surtout en cet Ă©tĂ© qui, aprĂšs la pause Corona, offre Ă  nouveau de nombreux points forts sportifs tant au gymnaste Christian qu'au lutteur Samuel. Le plaisir des fĂȘtes de gymnastique est grand, dĂ©clare Christian : « Elles m’ont manquĂ©. Aux fĂȘtes on veut se mesurer Ă  d’autres sociĂ©tĂ©s. Ce sont ces concours qui nous motivent, nous les gymnastes. » Pour lui les fĂȘtes de gymnastique sont toujours le point d’orgue d’une longue pĂ©riode d’entraĂźnement. « Nous voulons mettre ce point final cet Ă©tĂ© et ensuite faire la fĂȘte. C’est ce qui caractĂ©rise la gymnastique », continue Christian.

J’aimerais rĂ©aliser les meilleures performances possibles Ă  la FFLS.
Samuel Giger

À nouveau une saison normale

Samuel veut lui aussi avoir une raison de fĂȘter fin aoĂ»t. Avec la fĂȘte fĂ©dĂ©rale de lutte et des jeux alpestres Ă  Pratteln (FFLS) son moment fort arrive Ă  grands pas. Vers l’extĂ©rieur, le co-favori au titre de roi semble encore serein. Il souligne plutĂŽt qu'aprĂšs deux annĂ©es spĂ©ciales, il est heureux que les lutteurs vivent Ă  nouveau une saison « normale » : « Naturellement je me rĂ©jouis Ă©normĂ©ment de la FFLS. Le but est de faire la meilleure performance possible – mais aussi de rester en bonne santĂ©. Nous verrons bien comment cela se termine. »

Christian considĂšre l’annĂ©e suivant la pandĂ©mie de maniĂšre encore plus globale : « Le plus important est de pouvoir Ă  nouveau prĂ©senter au public le sport que nous aimons tant pratiquer. » Se montrer devant des spectateurs Ă©quivaut Ă©galement Ă  faire de la publicitĂ© pour la relĂšve.

« Le b.a. ba est de partager le plaisir et de le transmettre Ă  la prochaine gĂ©nĂ©ration, pour qu’elle voie ce qui est possible dans le sport », souligne de prĂ©sident de l’association. Des Ă©motions que Samuel veut Ă©galement partager le 28 aoĂ»t avec environ 50'000 fans de lutte dans l’arĂšne de la FFLS. Il est tout Ă  fait possible que le jeune homme de 24 ans fasse de l’ombre Ă  toute la concurrence Ă  Pratteln, et pas seulement en raison de sa taille.

Co-Partner

Partner

fermer