Wendy Bruce-Martin

Une coach « made in USA »

  • 23 mars 2022

  • Emilie Lambiel

  • Thomas Ditzler

  • PubliĂ© dans GYMlive 1/2022

ArrivĂ©e en Suisse au mois d’octobre 2021 pour entraĂźner le cadre national de gymnastique artistique fĂ©minine de façon provisoire, Wendy Bruce-Martin a finalement Ă©tĂ© engagĂ©e en tant qu’entraĂźneur en chef. Une nouvelle aventure pour cette ancienne gymnaste olympique devenue coach et prĂ©paratrice mentale.

A propos de la personne

Wendy Bruce-Martin

Date de naissance : 23 mars 1973

Domicile en Suisse : Macolin

Domicile aux Etats-Unis : Orlando, Floride

Famille : MariĂ©e Ă  Dennis, deux filles (Cameron, 24 ans et Sammie, 20 ans)

Profession : EntraĂźneur en chef, prĂ©paratrice mentale

Loisirs : Le sport et la lecture

Mon premier souvenir de gymnastique : « Les bons moments passĂ©s Ă  la salle de gymnastique dans le sud de la Floride, avec mes amis, lorsque j’étais enfant. Â»

– PublicitĂ© –

C’est Ă  Macolin, Ă  la salle du JubilĂ©e, que Wendy Bruce-Martin, la nouvelle entraĂźneur en chef de gymnastique artistique fĂ©minine, me donne rendez-vous en ce mois de janvier. L’entraĂźnement vient de se terminer et tout est calme dans la salle. « Les gymnastes sont en pause avant d’aller en cours en dĂ©but d’aprĂšs-midi Â», m’explique Wendy.

AprĂšs un peu plus de trois mois en poste, elle a dĂ©jĂ  tissĂ© des liens forts avec l’équipe et comprend de mieux en mieux le systĂšme scolaire suisse. Mais comment une ancienne gymnaste olympique amĂ©ricaine s’est-elle retrouvĂ©e en poste Ă  Macolin ?

« C’est juste arrivĂ© »

A l’automne 2021, son ami Tony Retrosi, entraĂźneur ad intĂ©rim du cadre national de gymnastique artistique fĂ©minine, lui tĂ©lĂ©phone afin de lui demander si elle peut venir trois mois en Suisse, entre octobre et dĂ©cembre afin de l’aider Ă  coacher l’équipe. « J’ai tout d’abord refusĂ© le poste, ça me paraissait compliquĂ© de partir aussi longtemps sans ma famille Â», explique Wendy qui poursuit « finalement, aprĂšs discussion avec mon mari, j’ai dĂ©cidĂ© de me lancer dans l’aventure Â».

Lorsqu’on lui propose un poste sur le long terme, la question de la distance avec sa famille se pose Ă  nouveau. « AprĂšs toutes ces semaines passĂ©es avec les filles, je savais de quel genre de coach elles avaient besoin. Je ne pouvais pas partir sans ĂȘtre sĂ»re qu’elles Ă©taient entre de bonnes mains Â», se souvient Wendy. Elle a tout d’abord imaginĂ© rester jusqu’aux Championnats d’Europe pour assurer une transition, avant de finalement accepter un contrat Ă  durĂ©e indĂ©terminĂ©e : « au dĂ©but, je ne pensais pas que c’était une option. Mais mon mari m’a persuadĂ©e de rester et j’ai Ă©galement Ă©tĂ© convaincue par le projet 2028/2032 de la FSG pour la gymnastique Â».

Wendy Bruce-Martin
L'Américaine se sent déjà bien en Suisse.
Je ne pouvais pas partir sans les savoir entre de bonnes mains.
Wendy Bruce-Martin

DĂ©couverte de la Suisse

C’est donc sans sa famille que la nouvelle entraĂźneur en chef est arrivĂ©e en Suisse Ă  l’automne 2021. Un changement de taille pour cette AmĂ©ricaine originaire de Floride. « Je n’étais encore jamais venue en Suisse, ce qui m’a le plus impressionnĂ©e Ă  mon arrivĂ©e, ce sont les Alpes Â», se souvient Wendy. Elle apprĂ©cie Ă©galement le fait qu’une majoritĂ© de personnes en Suisse sache l’anglais : « C’est un gros avantage pour moi Â». MalgrĂ© cela, la nouvelle coach a quand mĂȘme dĂ©cidĂ© d’apprendre l’allemand, afin de s’intĂ©grer et de mieux communiquer avec les gymnastes. « J’ai choisi l’allemand, car j’ai l’impression que c’est une langue plus facile Ă  apprendre pour moi, en tant qu’anglophone et parce que plus de monde parle l’allemand en Suisse Â», explique Wendy.

D’ailleurs, les diffĂ©rences entre la Suisse et les Etats-Unis sont nombreuses et ne s’arrĂȘtent pas Ă  la langue. Cependant, Wendy apprĂ©cie la vie dans sa nouvelle patrie et Ă©tait prĂȘte Ă  ce changement : « J’étais prĂȘte Ă  quitter la Floride, oĂč la chaleur est Ă©touffante en Ă©tĂ©. Ici, tout semble plus simple. Je cherchais quelque chose de plus tranquille, de plus significatif et de moins matĂ©rialiste. Ici, Ă  Bienne, je peux par exemple marcher pour aller faire mes courses Â».

Wendy Bruce-Martin
Wendy Bruce-Martin veut également développer la force mentale des gymnastes.

Des moments précieux en famille

La sĂ©paration d’avec son mari et ses deux filles n’est cependant pas simple tous les jours. Des journĂ©es bien remplies et des weekends occupĂ©s Ă  prĂ©parer des plannings et travailler lui font oublier la distance. D’ailleurs, les retrouvailles sont frĂ©quentes : « avec mon mari, nous essayons de nous voir une fois par mois. Il vient souvent en Suisse et j’ai dĂ©jĂ  prĂ©vu de rentrer en Floride au mois d’avril Â». La famille s’est Ă©galement retrouvĂ©e au complet lors des vacances de NoĂ«l, pour une semaine de snowboard Ă  Grindelwald. Une premiĂšre expĂ©rience de glisse qui a sĂ©duit ces AmĂ©ricains, plutĂŽt habituĂ©s au soleil et Ă  la chaleur de Floride. « Mon mari adore la neige et la nature et il est trĂšs excitĂ© Ă  l’idĂ©e de s’installer en Suisse d’ici quelques annĂ©es, lorsqu’il aura pris sa retraite Â», se rĂ©jouit Wendy. En attendant, ces quelques moments passĂ©s en famille sont prĂ©cieux et, selon ses dires, plus significatifs qu’avant.

Je voulais quelque chose de plus calme et de moins matérialiste.
Wendy Bruce-Martin

Une carriĂšre dans la gym

C’est un riche parcours dans le monde de la gymnastique qui a permis Ă  Wendy de se retrouver Ă  Macolin. AprĂšs une carriĂšre en tant que gymnaste Ă  l’artistique et une mĂ©daille de bronze aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 avec l’équipe amĂ©ricaine, elle est restĂ©e fidĂšle Ă  la gymnastique en devenant coach. « Lors des Jeux olympiques de Barcelone, j’ai vĂ©cu la meilleure compĂ©tition de ma vie. Tout s’est passĂ© comme prĂ©vu et nous avons dĂ©crochĂ© une mĂ©daille. Ce que j’ai vĂ©cu Ă©tait unique et je souhaite cela Ă  toutes mes gymnastes. Â»

A 30 ans, elle est ensuite retournĂ©e sur les bancs d’école afin de se former dans le domaine de la psychologie et ajouter une corde Ă  son arc. Cela fait maintenant prĂšs de 20 ans qu’elle coache des gymnastes et 10 ans qu’elle travaille dans le domaine du conseil et donne des confĂ©rences pour « USA gymnastics Â». Elle est Ă©galement chorĂ©graphe et a dĂ©jĂ  animĂ© plus de 150 camps de gymnastique aux Etats-Unis. En outre, depuis la Suisse, elle exerce toujours en tant que prĂ©paratrice mentale. Le dĂ©calage horaire lui permet en effet de suivre ses clients le soir, aprĂšs des journĂ©es de travail bien remplies Ă  Macolin. Quant Ă  savoir jusqu’à quand elle compte rester en Suisse, la rĂ©ponse est claire : « jusqu’à ce que les filles n’aient plus besoin de moi Â».

Co-Partner

Partner

fermer