[Translate to Französisch:]

Un rĂȘve devenu rĂ©alitĂ©

  • 19 dĂ©cembre 2023

  • Emilie Lambiel

  • Thomas Schreyer

  • Publier dans le GYMlive 5/2023

Norah Demierre a portĂ© haut les couleurs de la Suisse lors des derniers Championnats du monde de gymnastique rythmique qui se sont dĂ©roulĂ©s au mois d’aoĂ»t en Espagne. Rencontre avec cette jeune gymnaste vaudoise passionnĂ©e par sa discipline qui ambitionne de participer aux Jeux olympiques de Los Angeles en 2028.

– PublicitĂ© –

Norah Demierre

Date de naissance : 12 février 2007

Domicile : RĂ©gion de la Broye, Vaud

Société : FSG Lucens

Etudes : Gymnase en sport-Ă©tudes

Loisirs : Cuisiner, dessiner, passer du temps en famille et avec ses amis

C’est dans la maison de la famille Demierre, dans le canton de Vaud, que je rencontre Norah en cette journĂ©e pluvieuse d’octobre. A mon arrivĂ©e, je suis accueillie par les deux Golden Retrievers de la famille. Nous sommes en pleine pĂ©riode de vacances scolaires et Norah en profite pour se reposer et passer du temps avec ses proches. Chez les Demierre, le sport et les arts prennent une grande place. « Mon papa fait du Ju-jitsu, mon frĂšre et ma sƓur font du chant et de la comĂ©die musicale et notre maman, en plus de chanter, est un peu notre manager. Sans elle, rien ne serait possible », explique Norah en souriant. A 16 ans, elle vient de participer Ă  ses premiers Championnats du monde en gymnastique rythmique, une discipline qu’elle pratique depuis prĂšs de 8 ans.

Un rĂȘve prĂ©monitoire

« Une nuit, alors que j’avais 8 ans, ma maman a eu en quelque sorte un rĂȘve prĂ©monitoire. Elle m’a vue pratiquer la gymnastique rythmique. Comme je n’avais jamais entendu parler de cette discipline, nous avons regardĂ© des vidĂ©os ensemble. J’avais des Ă©toiles plein les yeux en voyant les gymnastes Ă©voluer et j’ai tout de suite su que je voulais faire cela Â». Elle s’inscrit donc Ă  la sociĂ©tĂ© de gymnastique de Lucens puis est rapidement admise au Centre cantonal, puis au Centre rĂ©gional de performance vaudois de gymnastique rythmique. « Je suis passionnĂ©e par cette discipline. Elle me permet d’exprimer mes Ă©motions et ma crĂ©ativitĂ© Ă  travers le mouvement et les chorĂ©graphies Â», explique la gymnaste.

Actuellement en sport-Ă©tudes, Norah s’entraĂźne prĂšs de 30 heures par semaine, 6 jours sur 7. « Je vais Ă  l’école le matin et je m’entraĂźne l’aprĂšs-midi. J’ai un seul jour entier d’école par semaine et, ce jour-lĂ , je vais Ă  la salle en fin d’aprĂšs-midi. Je m’entraĂźne Ă©galement le samedi Â», prĂ©cise la Vaudoise. Les entraĂźnements au CRP Vaud se dĂ©roulent dans diffĂ©rents lieux, entre Puidoux, Etoy et le Mont-sur-Lausanne. « Avec le sport-Ă©tudes, j’ai dĂ» apprendre Ă  ĂȘtre organisĂ©e et autonome. Je suis le mĂȘme programme qu’au gymnase, mais je passe beaucoup moins de temps Ă  l’école. Je dois donc rattraper cela Ă  la maison. Par exemple, Ă  mon retour des Championnats d’Europe, j’ai dĂ» rattraper 18 tests en une semaine Â». La gymnastique rythmique est une discipline exigeante et qui demande beaucoup de persĂ©vĂ©rance. Les chorĂ©graphies sont rĂ©pĂ©tĂ©es des milliers de fois durant l’annĂ©e afin de les parfaire pour les rencontres importantes. « Cela ne m’ennuie pas du tout car je vois les progrĂšs d’une semaine Ă  l’autre Â», explique la Vaudoise. « Le mental est important. Si on fait une erreur durant notre exercice, il faut tout de mĂȘme tenir jusqu’au bout des 1 minute 30 Â».

Je suis passionnĂ©e par cette discipline. Elle me permet d’exprimer mes Ă©motions et ma crĂ©ativitĂ© Ă  travers le mouvement et les chorĂ©raphies.

Une premiĂšre aux Championnats du monde

Depuis 2023, elle Ă©volue chez les seniors et a participĂ© au mois d’aoĂ»t Ă  ses premiers Championnats du monde en Espagne, oĂč elle a rĂ©alisĂ© une excellente performance en terminant Ă  la 43e place (4e de son annĂ©e d’ñge). Elle est la deuxiĂšme Suissesse depuis 1991 Ă  s’aligner comme gymnaste individuelle Ă  des Championnats du monde. « J’étais trĂšs fiĂšre de reprĂ©senter la Suisse Ă  Valence Â», sourit Norah. « Tout s’est bien passĂ©, mĂȘme si j’aurais voulu faire mieux. J’ai cependant beaucoup appris en regardant mes idoles. Ce qui m’a le plus marquĂ©, c’est le public espagnol dans les tribunes. Il y avait plus de 7000 personnes et elles Ă©taient trĂšs bruyantes et investies. Heureusement, je m’étais prĂ©parĂ©e Ă  cela Â», explique-elle en rigolant.

Elle a Ă©galement dĂ©jĂ  pu prendre ses marques sur la scĂšne internationale, notamment en participant Ă  plusieurs tournois internationaux ainsi qu’à deux championnats d’Europe juniors et un senior. Cependant, participer Ă  plus de rencontres internationales est un objectif important Ă  ses yeux. « Je participe Ă  peu de compĂ©titions internationales par rapport aux autres gymnastes. C’est important d’ĂȘtre prĂ©sente sur la scĂšne internationale, afin de se faire connaĂźtre et pour que les juges se familiarisent avec notre personnalitĂ© Â», explique la gymnaste.

Rien n’est impossible à qui le veut vraiment.

Une carriĂšre sans blessures

MalgrĂ© les nombreuses heures d’entraĂźnement, Norah n’a jamais subi de blessures dans son sport. « J’ai la chance d’ĂȘtre encadrĂ©e par de nombreux spĂ©cialistes, tels que des ostĂ©opathes, physiothĂ©rapeutes, mĂ©decins du sport, coach mental, etc. Mon entraĂźneure, Alicia*, fait trĂšs attention Ă  cela Â», explique Norah. Elle est d’ailleurs suivie par l’équipe de MotionLab, un centre mĂ©dico-sportif au Mont-sur-Lausanne, pour tout ce qui concerne les aspects mĂ©dicaux et nutritionnels. « C’est une structure spĂ©cialisĂ©e dans le sport d’élite. Cela me permet de cibler les Ă©ventuels problĂšmes. Chaque annĂ©e, nous travaillons sur un thĂšme spĂ©cifique. La premiĂšre annĂ©e, nous avons travaillĂ© sur l’alimentation, la deuxiĂšme sur la stabilitĂ© des chevilles et la troisiĂšme sur l’équilibre et le dĂ©calage horaire durant les compĂ©titions Â», prĂ©cise Norah. Les techniques proposĂ©es par ce centre lui permettent Ă©galement d’enchaĂźner les compĂ©titions. « Le bien-ĂȘtre reste un Ă©lĂ©ment central, tout en visant la performance. L’idĂ©al serait d’avoir une Ă©quipe mĂ©dicale qui me suit durant les grosses compĂ©titions Â», explique la gymnaste.

*Ndlr : Alicia Marmonier est l’entraĂźneure en chef du CRP Vaud.

Objectif Los Angeles 2028

La Vaudoise a un grand objectif en vue : ĂȘtre sĂ©lectionnĂ©e pour les Jeux olympiques de 2028 Ă  Los Angeles. Jusqu’à cette date clĂ©, elle ambitionne de participer Ă  de nombreux championnats d’Europe, du monde et d’autres tournois internationaux et d’ĂȘtre sĂ©lectionnĂ©e pour les finales. « En 2024 dĂ©jĂ , j’aimerais participer Ă  plus de tournois internationaux afin de me faire un nom Â», explique-elle. Cependant, tout cela a un prix « le budget annuel est d’environ 55'000 francs Â». Entre les frais de compĂ©tition, d’entraĂźnement, de dĂ©placement, les frais mĂ©dicaux et la prĂ©paration mentale, chaque compĂ©tition est un investissement pour la famille Demierre.

Afin de financer les compĂ©titions auxquelles elle a prĂ©vu de participer l’annĂ©e prochaine, Norah et sa maman ne mĂ©nagent pas leurs efforts pour trouver des sponsors. « J’ai plus d’une dizaine de milliers de followers sur Instagram Â», explique la gymnaste « mon cĂŽtĂ© positif et mes valeurs intĂ©ressent certaines marques. J’ai Ă©galement la chance d’ĂȘtre soutenue par l’Aide sportive suisse et ma marraine n’est autre que Lea Sprunger Â», sourit Norah. Elle collabore actuellement avec des entreprises locales et des startups et y associe son image et ses valeurs. « Il s’agit d’entreprises de cosmĂ©tiques et de vĂȘtements par exemple Â», prĂ©cise la gymnaste. Elle entend d’ailleurs continuer Ă  dĂ©velopper cela Ă  l’avenir, afin d’atteindre ses objectifs. Car, comme elle le dit si bien, « rien n’est impossible Ă  qui le veut vraiment Â».

Partenaire platine

Partenaire or

Partenaire argent

Partenaire bronze

fermer