PremiÚre réussie pour les «Swiss Parkour Series»

  • 14 aoĂ»t 2021

  • Alexandra Herzog/Trad.: Emilie Lambiel

  • Association Waterings

La premiĂšre compĂ©tition de parkour de la FĂ©dĂ©ration suisse de gymnastique a eu lieu le 14 aoĂ»t 2021. Celle-ci s'est dĂ©roulĂ©e dans le cadre du «Waterings Contest» autour du dĂ©barcadĂšre de Territet Ă  Montreux. Ce nouveau format a Ă©tĂ© accueilli favorablement par les participants et les organisateurs et c’est le Zurichois Linus Egli qui a remportĂ© cette premiĂšre.

– PublicitĂ© –

Les conditions Ă©taient idĂ©ales Ă  l’embarcadĂšre de « Territet Â» Ă  Montreux samedi dernier. 22 athlĂštes masculins et 4 athlĂštes fĂ©minines ont participĂ© Ă  la premiĂšre compĂ©tition de parkour organisĂ©e par la FĂ©dĂ©ration suisse de gymnastique (FSG) dans la discipline « Speed Â». L'objectif Ă©tait de franchir le plus rapidement possible un parcours comportant des obstacles dĂ©jĂ  prĂ©sents, tels que des bancs, des tables, des rampes ou des murs, mais aussi diffĂ©rents Ă©lĂ©ments en bois installĂ©s Ă  cette occasion. Les lignes de marquage ne devaient pas ĂȘtre franchies, au risque de se voir infliger des secondes de pĂ©nalitĂ©.

Lors du tour préliminaire, tous les traceurs (c'est ainsi que l'on appelle les pratiquants de parkour) ont eu deux chances de réaliser le meilleur temps possible. Les huit hommes et les deux femmes les plus rapides se sont qualifiés pour la finale. Linus Egli a réalisé le meilleur temps de qualification lors de la deuxiÚme manche et a également distancé ses concurrents lors de la finale. Il a réalisé le parkour en 19,5 secondes. Nicolas Fischer est arrivé deuxiÚme (19.69) et Claudio Ceppi troisiÚme (19.73).

Le favori Chris Harmat, qui s'était qualifié avec le deuxiÚme meilleur temps, n'a pas pu terminer la derniÚre manche. Chez les femmes, c'est Ekatharina Fischer qui a remporté la course

Linus Egli a terminé le parcours le plus rapidement. // Photo : Maxime Gasser
JE PENSE QU'IL Y A UN BESOIN POUR DES FORMATS COMPÉTITIFS COMME CELUI-CI.
Oskar Dietschi Participant au "Parkour Speed"

Impressions Waterings / Swiss Parkour Event

Photo: LoĂŻc Privet
Photo: Maxime Gasser
Photo: LoĂŻc Privet
Photo: Luc Morisod
Photo: Alexandra Herzog
Photo: Luc Morisod

« C’est ce qui fait le Parkour »

L'Ă©vĂ©nement a Ă©tĂ© bien accueilli par les participants et le CO. L’organisation de la compĂ©tition de parkour en marge du « Waterings Contest Â» a suscitĂ© l'enthousiasme. « Un parcours trĂšs crĂ©atif a Ă©tĂ© mis en place et l'emplacement est Ă©galement cool Â», salue Chris Harmat, figure emblĂ©matique de la scĂšne internationale du parkour. « Les obstacles n'ont pas l'air trĂšs spectaculaires, mais lorsque vous ĂȘtes sur le parcours, vous rĂ©alisez qu'ils sont techniquement difficiles Â», explique le traceur Nicolas Fischer. « Le fait d'avoir intĂ©grĂ© des objets dĂ©jĂ  prĂ©sents sur le parcours est une excellente chose. C'est ce qui fait le parkour », poursuit Nicolas Fischer.

Oskar Dietschi (Jona SG) partage cet avis : « C'est gĂ©nial que des objets dĂ©jĂ  existants aient Ă©tĂ© intĂ©grĂ©s au parcours. Je pense qu'il y a un besoin de formats compĂ©titifs comme celui-ci. Ce que je trouve cool dans le sport du parkour, c'est que malgrĂ© la compĂ©tition, il y a une unitĂ© Â». Le traceur saint-gallois avance ainsi un argument supplĂ©mentaire qui explique pourquoi le parkour s'accorde si bien avec la gymnastique.

Sortie acrobatique dans l’eau

Alors que l'Ă©preuve de parkour vivait sa premiĂšre Ă©dition, le « Waterings Contest Â» Ă©tait organisĂ© pour la sixiĂšme fois. L'objectif de cette compĂ©tition spectaculaire est de rĂ©aliser des figures de gymnastique sur des anneaux balançants suspendus au-dessus de l'eau, avant de plonger dans le lac, le plus acrobatiquement et le plus proprement possible. Les points sont attribuĂ©s par un jury.

Partenaire platine

Partenaire or

Partenaire argent

Partenaire bronze

fermer