Rico Steiner baut aus TurngerÀten Möbel

RĂ©novation - une deuxiĂšme vie pour les engins de gym

  • 9 mars 2022

  • Thomas Ditzler / el

  • Thomas Ditzler

Les engins de gymnastique ont une longue durĂ©e de vie. Que deviennent-ils lorsqu'ils doivent ĂȘtre remplacĂ©s ? Outre le recyclage, les caissons suĂ©dois et autres se retrouvent frĂ©quemment chez des particuliers – entre autres comme meubles - aprĂšs avoir servi dans les salles de gym.

– PublicitĂ© –

« Les engins de gymnastique se conservent trĂšs longtemps. Il n'y a pas de limite spĂ©cifique Ă  leur durĂ©e de vie », explique Sandro Wehrli, responsable du marketing et des ventes chez le fabricant d’engins « Alder und Eisenhut ». Que se passe-t-il lorsque les chevaux d'arçons, les bancs ou les tapis arrivent nĂ©anmoins en fin de vie ? Beaucoup sont dĂ©montĂ©s par le fabricant et transformĂ©s. « Nous recevons Ă©galement des demandes de particuliers intĂ©ressĂ©s par des engins de gymnastique hors d'usage », explique Sandro Wehrli.

Rico Steiner fait partie de ceux qui se sont posĂ© cette mĂȘme question et qui l'ont transformĂ©e en idĂ©e commerciale. Le moniteur de la TV Ebnat-Kappel est maĂźtre menuisier et habite Ă  proximitĂ© immĂ©diate du site de l'entreprise « Alder und Eisenhut ». C'est donc tout naturellement qu'il a dĂ©cidĂ© de donner une nouvelle vie Ă  des engins de gymnastique hors d'usage. Rico Steiner ne les prĂ©pare toutefois pas pour les rĂ©utiliser en gymnastique, mais les transforme en meubles. Dans son atelier, un espalier devient une sĂ©paration de piĂšce, un caisson suĂ©dois un buffet ou un mouton un tabouret. 

Tisch und Sitze aus TurngerÀten

Des besoins Ă  satisfaire

Rico Steiner n'est pas le seul Ă  avoir sautĂ© sur la tendance de l'upcycling. Il en va de mĂȘme pour Reto Langenegger. Ce professeur d’éducation physique de 45 ans, originaire de Flums, a commencĂ© il y a sept ans Ă  transformer des engins de gymnastique pendant son temps libre. « Dans mon mĂ©tier de professeur d'Ă©ducation physique, je suis quotidiennement en contact avec des caissons suĂ©dois et autres. Lorsqu'une nouvelle salle de gymnastique a Ă©tĂ© construite Ă  l'Ă©cole il y a quelques annĂ©es, j'ai trouvĂ© regrettable que les anciens Ă©quipements soient mis au rebut. », se souvient-il. C'est sur Internet qu'il est tombĂ© sur cette idĂ©e de meubles. « Comme j'avais souvent aidĂ© dans un atelier de menuiserie pendant mes Ă©tudes, j'ai un flair pour ce travail », explique le professeur d’éducation physique. AprĂšs avoir transformĂ© des Ă©quipements sportifs pour son propre usage, il s'est vite rendu compte que son entourage en avait Ă©galement grand besoin. C'est ainsi qu'il a commencĂ© Ă  en transformer de plus en plus, en plus de son travail Ă  temps plein Ă  l'Ă©cole cantonale de Sargans. 

Pourquoi jeter quelque chose si on peut le rĂ©utiliser sous une autre forme. 
Rico Steiner Moniteur de la TV Ebnat-Kappel

Un caractĂšre culte avec une histoire

Alors que Reto Langenegger rĂ©alise ses crĂ©ations Ă  titre de passe-temps, Rico Steiner a des projets concrets. Au printemps dernier, le trentenaire s'est mis Ă  son compte et a pu conclure un accord avec le fabricant d’engins de gymnastique du voisinage, ce qui lui permet de produire Ă  plus grande Ă©chelle. 

Outre une certaine fascination pour la gymnastique, c'est aussi la notion du jetable qui a fait naĂźtre cette idĂ©e chez Rico Steiner : « Je me suis dit : pourquoi jeter quelque chose si on peut le rĂ©utiliser sous une autre forme ». Il n'y a pratiquement pas de limites Ă  la crĂ©ativitĂ© et aux idĂ©es pour les engins. « Chaque engin en soi est passionnant Ă  transformer », souligne le trentenaire, et Reto Langenegger ajoute : « Ils ont un caractĂšre culte. DerriĂšre chacun d’entre eux se cache une histoire ». 

Rico Steiner
Dans son atelier, Rico Steiner donne une nouvelle vie Ă  des engins de gymnastique hors d'usage en les transformant en meubles.

Liste d'attente pour les tapis d'occasion

Les engins de gymnastique usagĂ©s n'ont pas tous une seconde vie grĂące Ă  des idĂ©es crĂ©atives. Lorsqu’ils ont fait leur temps, ils finissent souvent chez le fabricant. « Ils sont dĂ©montĂ©s et transformĂ©s selon les besoins », explique Sandro Wehrli. Les piĂšces en bois d'un caisson suĂ©dois sont utilisĂ©es pour le chauffage. « Les mains courantes des barres sont Ă©galement reconditionnĂ©es et rĂ©utilisĂ©es pour le caisson de saut  du set de parcours », poursuit Sandro Wehrli. « Les demandes de matĂ©riel de gymnastique usagĂ© se limitent gĂ©nĂ©ralement Ă  des piĂšces uniques », explique-t-il. Mais la demande de vieux tapis de gymnastique est particuliĂšrement Ă©levĂ©e, poursuit-il : « Ici, nous avons parfois une liste d'attente ».

Les idĂ©es d'upcycling, comme celles de Rico Steiner et Reto Langenegger, plaisent Ă©galement au fabricant d’engins. « Nous trouvons de tels projets formidables. Surtout si notre matĂ©riel peut ainsi continuer Ă  vivre », se rĂ©jouit Sandro Wehrli. 

Les anciens engins de gymnastique
Les anciens engins de gymnastique sont dĂ©montĂ©s chez « Alder und Eisenhut » et les piĂšces dĂ©tachĂ©es sont recyclĂ©es.

Des bars aux sacs

Depuis plus de dix ans, l'Allemand Andreas Gröbel donne une seconde chance Ă  de vieux engins de gymnastique en les transformant en meubles. Son entreprise « Zur schönen Linde » a dĂ©jĂ  rĂ©amĂ©nagĂ© des bars entiers. L'idĂ©e de Bernd Dörr s'est Ă©galement rĂ©pandue dans les milieux de la gymnastique. Sous le nom de « Zirkeltraining », cet Allemand conçoit des sacs, des sacs Ă  dos et d'autres articles similaires Ă  partir de tapis de gymnastique et de housses de mouton. Ses produits sont sur le marchĂ© depuis 2007. 

Partenaire platine

Partenaire or

Partenaire argent

Partenaire bronze

fermer