Detail

Etat des lieux pour les équipes de GR

22 février 2021

Revivre l’atmosphère d’une compétition et se produire à nouveau devant des juges pour la première fois depuis longtemps. C'est dans cette optique que le cadre national de gymnastique rythmique et l’ensemble du championnat d'Europe junior (ensemble CEJ) ont participé à un entraînement d'essai à Lyss le samedi 13 février 2021. Le reportage vidéo qui suit donne un aperçu des objectifs intermédiaires atteints par les gymnastes.


« Comme nous n'avons pas pu nous produire devant des juges ou un public depuis plus d'un an, cet entraînement d’essai a été une très bonne expérience pour nous », déclare Noemi Schilling, capitaine du cadre national de gymnastique rythmique. Son homologue au sein de l’ensemble CEJ, Célia Lüthy, a une opinion similaire. « Se produire devant des juges a été une expérience complètement différente de celle à laquelle nous sommes habituées dans nos sessions d’entraînement quotidiennes », explique la gymnaste.
L'entraînement d'essai, qui a eu lieu le samedi 13 février 2021 à la salle Nespoly de Lyss, a été une évaluation importante pour les gymnastes et leurs entraîneurs en vue du retour à la compétition. Celle-ci devrait reprendre dès que possible, pour autant que la situation liée au coronavirus le permette.

Unemotivation pour l’entraînement 
Le cadre national et l’ensemble CEJ ont présenté leurs deux routines trois fois chacune aux juges ce samedi. Alors que les exercices avec le ballon (cadre national) et le ruban (CEJ) étaient au programme le matin, l'après-midi, l'accent était mis sur le cerceau et les massues (cadre national) et le ballon (CEJ).
Cette atmosphère de compétition n'était cependant pas seulement importante pour les athlètes, mais aussi pour leurs entraîneurs. « Le feedback des juges est très important pour notre travail. Cela nous permet de savoir sur quoi nous devons nous concentrer à court-terme », déclare Joy-Anna Baumann, coach ad interim de l'ensemble CEJ. Nadine Rickenbacher-Stucki ajoute qu'il était également important de voir comment les gymnastes allaient gérer cette situation particulière : se produire à nouveau devant des juges après une longue période d'entraînement. « En même temps, cet entraînement d'essai était aussi une motivation pour les athlètes dans leur travail quotidien », ajoute l'entraîneur intérimaire du cadre national.
Nadine Rickenbacher-Stucki et Joy-Anna Baumann ont toutes les deux remarqué des points d'amélioration dans leurs équipes. Les journées comme celles de Lyss sont surtout là pour faire progresser les équipes. Elles seront ainsi prêtes le jour J, lorsque les choses redeviendront sérieuses lors de la première vraie compétition après le coronavirus.

Texte : Thomas Ditzler/el
Photo : Thomas Ditzler
Vidéo : Marc Frey et Thomas Ditzler

Co-Partner

Partner