« Une Gymnaestrada, ça fait plaisir »

  • 30 juillet 2021

  • Thomas Ditzler

  • Thomas Ditzler

  • Vous pouvez Ă©galement trouver cet article dans GYMlive 3/2021.

La prochaine World Gymnaestrada aura lieu Ă  Amsterdam dans deux ans. MĂȘme si la prĂ©paration est diffĂ©rente des autres Ă©ditions en raison de la pandĂ©mie, tout le monde est motivĂ©. Le chef de dĂ©lĂ©gation Reto Hiestand nous parle de la situation actuelle dans cet entretien.

Portrait

Reto Hiestand

Reto Hiestand (49 ans) est le chef de la dĂ©lĂ©gation suisse depuis la Gymnaestrada Helsinki 2015. Amsterdam sera la troisiĂšme et derniĂšre fois que le natif de Reichenburg occupera cette fonction. Il a vĂ©cu sa premiĂšre Gymnaestrada en 1995 Ă  Berlin. Depuis lors, il a Ă©tĂ© prĂ©sent Ă  chaque Gymnaestrada. Il est membre d'honneur de la sociĂ©tĂ© de gymnastique de Wollerau-BĂ€ch et membre actif de la sociĂ©tĂ© de gymnastique de Reichenburg (Ü35). Reto Hiestand est le directeur gĂ©nĂ©ral de GESKA AG Ă  Glaris.

– PublicitĂ© –

Reto Hiestand, quel est votre niveau de néerlandais ?

Reto Hiestand : Ayant voyagĂ© aux Pays-Bas pour affaires dans le passĂ©, je peux dire « Goede dag Â» ou « dank je veel Â», mais c’est un peu tout. Il est possible que je me souvienne aussi de quelques jurons (rires).
 

La question ne tombe pas du ciel. Nous sommes à mi-chemin entre Dornbirn 2019 et Amsterdam 2023. A quel point la prochaine Gymnaestrada est-elle présente dans votre esprit ?

Elle est trĂšs prĂ©sente. La Gymnaestrada est au centre de l’attention. Le travail prĂ©paratoire, notamment la rĂ©daction du rĂšglement, la crĂ©ation du site internet et la promotion de l'Ă©vĂ©nement, est trĂšs intensif. Vers la fin de l'annĂ©e, la situation sera un peu plus calme avant de redevenir trĂšs intense en 2022.
 

OĂč en ĂȘtes-vous actuellement dans les travaux de planification au sein de la dĂ©lĂ©gation suisse ?

En raison du coronavirus, les demandes d’intĂ©rĂȘt ne se sont pas dĂ©roulĂ©es comme d’habitude. Nous avons vĂ©cu des mois particuliers avec le coronavirus. Il n'Ă©tait pas possible de se rĂ©unir dans les sociĂ©tĂ©s. L'Ă©change entre les gymnastes en vue de se motiver pour la Gymnaestrada a donc Ă©tĂ© un peu plus difficile. Les accros Ă  la Gymnaestrada se sont inscrits tĂŽt tandis que les autres l'ont fait dans un dernier Ă©lan phĂ©nomĂ©nal. Amsterdam 2023 sera un lieu trĂšs intĂ©ressant.
 

Expliquez-nous, en quelques phrases, ce qui rend la Gymnaestrada unique pour vous.

Ce qui est unique, c'est le rassemblement de tant de nations. Lors d'une Gymnaestrada, les gens se rencontrent de maniÚre détendue, joyeuse et le plus souvent en dehors de la Suisse. Travailler ensemble sur une production permet également de souder les groupes au-delà de la Gymnaestrada. La reconnaissance que les gymnastes reçoivent aprÚs leur performance par le biais des applaudissements est unique. Dans le cadre d'une Gymnaestrada, on apprend à connaßtre beaucoup de gens. Je garde encore des liens d'amitié avec des gymnastes que j'ai rencontrés lors de ma premiÚre Gymnaestrada à Berlin en 1995.

À Amsterdam, vous dirigerez la dĂ©lĂ©gation suisse pour la troisiĂšme fois. Quel est l’attrait de cette tĂąche ?

J'ai été piqué par le virus de la Gymnaestrada à Berlin en 1995. Cela a été un défi constant à travers toutes mes fonctions au sein de la Gymnaestrada au fil des ans. Une Gymnaestrada est un plaisir, tout simplement. On apprend à connaßtre de nombreuses personnes et nations et à vivre une multitude de choses positives.
 

Depuis Dornbirn 2019, beaucoup de choses ont changé avec la pandémie de coronavirus. Dans quelle mesure cela complique-t-il les préparatifs d'Amsterdam 2023 ?

Cela n'a pas du tout compliquĂ© les prĂ©paratifs. Nous sommes Ă  jour dans la planification. GrĂące aux sĂ©ances en ligne, nous avons pu continuer Ă  Ă©changer malgrĂ© la pandĂ©mie. Nous n'avons pas laissĂ© le coronavirus nous ralentir. Le manque de possibilitĂ©s d’entraĂźnement qui a impliquĂ© un manque d’échange entre les gymnastes a un peu compliquĂ© les choses. Mais avec les assouplissements, je suis convaincu que l'on parlera davantage de la Gymnaestrada aux entraĂźnements.
 

La World Gymnaestrada 2023 pourra-t-elle se dérouler comme d'habitude ou y a-t-il déjà des réflexions pour adapter le format en raison du coronavirus ?

A ce jour, nous n'avons rien entendu de la part du CO local Ă  ce sujet. Il est difficile de prĂ©voir l’évolution de la situation dans les mois Ă  venir. Cela reviendrait presque Ă  lire dans une boule de cristal. Cependant, je pense qu'avec la vaccination et les assouplissements, un grand pas vers la normalitĂ© sera fait et qu'un Ă©vĂ©nement tel que la Gymnaestrada pourra se dĂ©rouler dans le cadre habituel en 2023.

Nous n'avons pas laissé le coronavirus nous ralentir dans notre préparation.
Reto Hiestand

Le dĂ©lai d’inscription pour les demandes d’intĂ©rĂȘt Ă©tait fixĂ© Ă  la mi-juin. Êtes-vous satisfait des retours des gymnastes suisses ?

Avec 3000 participants Ă  Dornbirn et 4000 Ă  Helsinki, nous avons planifiĂ©, peu aprĂšs la derniĂšre Gymnaestrada, qu’il y aurait environ 4000 participants suisses. À ce moment-lĂ , la pandĂ©mie n'Ă©tait pas encore un problĂšme. J'ai bon espoir que notre dĂ©lĂ©gation sera Ă  nouveau d'une taille similaire. Une dĂ©lĂ©gation de taille comparable Ă  celle de Dornbirn 2019 ou d'Helsinki 2015 nous rĂ©jouirait. Je crois fermement que c'est rĂ©aliste. D'autant plus que nous sommes actuellement trĂšs ouverts aux inscriptions tardives. AprĂšs tout, nous sommes dans une pĂ©riode exceptionnelle, dans laquelle il est permis de faire des exceptions. Notre objectif n'est pas d'avoir la plus grande dĂ©lĂ©gation, mais de voyager Ă  Amsterdam avec de nombreux gymnastes motivĂ©s et de pouvoir reprĂ©senter la Suisse avec des effectifs de qualitĂ©.
 

Quelles sont les conditions pour faire partie de la famille Gymnaestrada ?

Avant tout, les gymnastes doivent ĂȘtre membres de la FĂ©dĂ©ration suisse de gymnastique. En gĂ©nĂ©ral, nous comptons parmi nous des personnes de tous Ăąges, de 6 Ă  90 ans. Il faut aimer le sport et la gymnastique et ĂȘtre prĂȘt Ă  travailler au prĂ©alable sur une production dans un groupe. Tant qu'une personne est athlĂ©tique et mobile et qu'elle aime participer, l'Ăąge et le sexe n'ont aucune importance. Il suffit de trouver le bon groupe dont on peut et veut faire partie.
 

Pourquoi un gymnaste devrait-il assister Ă  une Gymnaestrada au moins une fois ?

Une rencontre avec un homme ĂągĂ© me vient Ă  l'esprit. Il avait choisi le dortoir du bĂątiment de l'Ă©cole pour passer la nuit. Je lui ai alors demandĂ© pourquoi, Ă  son Ăąge avancĂ©, il ne prĂ©fĂ©rait pas rester Ă  l'hĂŽtel. Il m'a demandĂ© si je n’avais pas perdu la tĂȘte. Il ne s’y passe rien lĂ -bas. Cette anecdote montre que si la gymnastique est au cƓur de la Gymnaestrada, c'est aussi tout ce qui l'entoure qui compte. Selon moi, la cohĂ©sion et la joie de se cĂŽtoyer et de travailler en Ă©quipe pour obtenir les meilleurs rĂ©sultats en gymnastique sont la motivation pour participer Ă  une Gymnaestrada. Une fois que vous avez connu cette joie, elle ne vous lĂąche plus que difficilement.
 

Quels sont les prochaines tùches et les prochains défis ?

AprĂšs avoir reçu les notifications d'intĂ©rĂȘt, une sĂ©ance d'information sera organisĂ©e en septembre avec tous les responsables de groupe intĂ©ressĂ©s. Nous y prĂ©senterons les premiers Ă©lĂ©ments de la Gymnaestrada 2023. Il s'agit d'une part d'informer les groupes, mais aussi de les motiver Ă  participer dĂ©finitivement. L’inscription dĂ©finitive aura ensuite lieu Ă  la fin de l'annĂ©e. DĂšs que nous connaĂźtrons le nombre exact de participants, les choses se concrĂ©tiseront en matiĂšre de vĂȘtements. La question de savoir comment la dĂ©lĂ©gation se rendra Ă  Amsterdam, ainsi que les possibilitĂ©s d'hĂ©bergement, devront ĂȘtre clarifiĂ©es dans les Ă©tapes suivantes. Le plus grand dĂ©fi sera certainement de motiver les gens Ă  participer dĂ©finitivement.

La Gymnaestrada en chiffres

  • 18'000 Participants Ă  Dornbirn 2019
  • 3800 Gymnastes suisses prĂ©vus pour 2023
  • 67 Nations participantes en 2019
  • 17e Edition de la Gymnaestrada en 2023
  • Editions en Suisse (1969 BĂąle ; 1982 Zurich ; 2011 Lausanne)
  • 70 Personnes dans les dĂ©lĂ©gations suisses CG et CGE
  • 280 Moniteurs dans les diffĂ©rents groupes suisses

Comment vous prĂ©parez-vous personnellement Ă  une Gymnaestrada et Ă  ses exigences ?

Ma devise est toujours : une Gymnaestrada se termine et la suivante dĂ©bute. A Dornbirn, j'essayais dĂ©jĂ  de motiver les membres de la Commission Gymnaestrada et de la Commission Gymnaestrada Ă©largie pour Amsterdam. Ensuite, dans la premiĂšre moitiĂ© de l'annĂ©e aprĂšs Dornbirn, il a fallu mettre en place les groupes spĂ©cialisĂ©s. Une fois ces Ă©lĂ©ments dĂ©finis, les choses peuvent vraiment commencer. En raison de mon travail prĂ©cĂ©dent, je suis allĂ© assez souvent Ă  Amsterdam. Je connais dĂ©jĂ  certains sites, ce qui facilite le travail de la Gymnaestrada. En outre, l'annĂ©e derniĂšre, j'ai fait une dĂ©marche auprĂšs de la FĂ©dĂ©ration nĂ©erlandaise de gymnastique. À Dornbirn, nous avons invitĂ© leur dĂ©lĂ©gation Ă  visiter nos installations pour nouer un premier contact.
 

Qu’est-ce qui vous rĂ©jouit le plus ?

Je me réjouis de beaucoup de choses. La préparation de la Gymnaestrada avec la Commission Gymnaestrada est un grand moment, tout comme le fait de vivre les nombreuses premiÚres. Je me réjouis également de revoir de nombreux visages et de me retrouver à Amsterdam. Notre principale préoccupation est de faire en sorte que tous les gymnastes arrivent à bon port, mais aussi qu'ils reviennent en Suisse en bonne santé. Je me réjouis d'avance de ma derniÚre biÚre en tant que chef de délégation à Amsterdam et de pouvoir dire : Wouah, on a encore fait quelque chose de génial ensemble.

Partenaire platine

Partenaire or

Partenaire d'argent

Partenaire de bronze

fermer