Detail

«Sport», «Light» ou «Standard»

18 décembre 2020

On peut le dire avec certitude: la saison des fêtes de gymnastique 2021 sera spéciale. Nous espérons cependant que nous nous en souviendrons plus positivement que de celle de 2020. En cette période incertaine, on en demande beaucoup aux comités d'organisation. GYMlive vous donne un aperçu des plus grands défis, des risques actuels et des variantes de mise en œuvre possibles.

Organiser une fête de gymnastique «normale» est déjà un grand défi. Mais comment planifier une fête de gymnastique quand on ne sait pas si et comment elle peut être organisée? La réponse est probablement: avec encore plus de passion que d’ordinaire et avec une bonne dose de confiance! Après la période difficile de 2020, les sociétés et leurs membres ont à nouveau besoin d'objectifs sportifs. C'est pourquoi, la Fédération suisse de gymnastique (FSG) encourage tous les comités d'organisation à mettre sur pied leurs événements en 2021.

«Une année sans compétitions est déjà difficile,
une deuxième année serait fatale pour de nombreuses sociétés.»
Jérôme Hübscher, chef du sport de masse à la FSG.

La FSG fait de son mieux pour venir en aide aux sociétés. Pour ce faire, elle a élaboré trois versions de ce à quoi pourrait ressembler une fête de gymnastique en 2021 (voir encadré ci-dessous). Avoir à parer à toutes les éventualités est une tâche herculéenne pour les organisateurs. La plupart d'entre eux ont choisi de planifier avec deux variantes. Il y a ceux qui planifient avec les variantes «Light» et «Sport» parce qu'ils ne croient pas que la variante «Standard» soit réalisable. Beaucoup planifient avec les variantes «Standard» et «Sport», car la variante «Light» entraînerait des coûts de mise en œuvre plus élevés - tels que du personnel supplémentaire et de nombreuses mesures structurelles - et serait donc difficile à supporter financièrement. L'incertitude pèse lourdement en ces temps. Néanmoins, l'ambiance est fondamentalement positive. Les organisateurs sont prêts à organiser leurs fêtes.

La solidarité plus que jamais nécessaire 
Le plus grand défi auquel sont confrontés les comités d'organisation sont les conséquences financières. Habituellement, une fête de gymnastique est organisée pour renflouer les caisses de la société. Dans la situation actuelle, un résultat proche de zéro ou, dans le meilleur des cas, un petit bénéfice est attendu dans de nombreux endroits. Cela est dû aux dépenses plus élevées et à la perte de revenus. Grâce aux mesures de stabilisation de la Confédération, tout déficit peut être amorti. «Pour le moment, il est important pour les organisateurs d'avoir la certitude qu'ils n'auront à subir aucune perte», déclare Jérôme Hübscher, chef du sport de masse à la FSG. «Les fêtes de gymnastique sont financées à environ un tiers chacun par les finances d’inscription, les contributions des sponsors et les revenus de la restauration. Si deux de ces éléments venaient à disparaître partiellement, un résultat financier positif serait peu probable.» En ces temps spéciaux, les fêtes de gymnastique sont moins organisées pour renflouer les caisses des sociétés que pour les objectifs sportifs des gymnastes. Un projet solidaire pour la gymnastique, pour ainsi dire.

La Fédération suisse de gymnastique a mis en place la «Taskforce fête de gymnastique» pour accompagner étroitement les CO. Cette plateforme offre l'espace nécessaire pour un échange régulier avec et entre les organisateurs. La FSG offre une assistance supplémentaire avec des concepts de protection adaptables. La Fédération de gymnastique essaie également de fournir aux organisateurs locaux la meilleure information et le meilleur soutien possibles en matière de questions juridiques et financières.

L’espoir meurt en dernier
En mars ou avril 2021 au plus tard, les organisateurs seront contraints de se prononcer sur une variante. À partir de là, on passera de la phase de planification à la phase de mise en œuvre et les coûts des acomptes augmenteront massivement. Les comités d'organisation devront décider eux-mêmes du niveau de risque qu'ils souhaitent prendre. La Confédération et les cantons peuvent durcir les conditions relatives au coronavirus à tout moment, même peu de temps avant la fête de gymnastique.

                   
Nuages sombres en arrière-plan - soleil sur le visage. Comment se déroulera la saison des fêtes de gymnastique 2021?

Que signifie cette incertitude pour les gymnastes participants? Dans le pire des cas, la saison des fêtes de gymnastique 2021 est confrontée au même problème que celle de 2020. Car si les événements sont à nouveau possibles en juin mais que les sociétés ne peuvent pas s'entraîner avant avril ou mai en raison de la réglementation fédérale, les fêtes de gymnastique n'ont aucun sens en raison du risque accru de blessure. En outre, il est également possible que les fêtes de gymnastique doivent réduire leur nombre de participants à court terme en raison de conditions locales plus strictes. Il n'y a pas de directives uniformes concernant les sociétés qui seraient autorisées à participer et celles qui ne le seraient pas. Du point de vue de la FSG, il existe deux solutions possibles: soit en fonction du moment de l'inscription, soit - et ce serait plus logique en raison de la pandémie – ce sont les sociétés locales qui sont sélectionnées. Cependant, le choix de la mise en œuvre sera laissé à l’appréciation des organisateurs. Dans les deux cas, la FSG examine déjà des alternatives comme une fête de gymnastique numérique avec un jury en ligne afin de sauver la saison 2021 des fêtes de gymnastique.

En conclusion, on peut dire que si la situation (d'entraînement) ne s'améliore pas d'ici mars ou avril 2021, une nouvelle saison sans fêtes de gymnastique se prépare. Si la situation s'améliore, il faut espérer que le plus grand nombre possible de fêtes de gymnastique pourront avoir lieu. Les organisateurs donnent le meilleur d'eux-mêmes avec beaucoup de passion et de confiance. Du côté des gymnastes également, il faudra tout autant de flexibilité et de compréhension par rapport à la situation actuelle.

Texte: Marc Frey/el
Photo: ETF 2019, Jürg Wolf



 
Les variantes possibles des fêtes de gymnastique

  • Variante «Standard»: Une fête de gymnastique comme avant: Avec spectateurs, compétitions, bars et festivités. Pas ou peu de restrictions liées à la réglementation relative au coronavirus.
  • Variante «Light»: Un nombre de spectateurs réduit, des compétitions normales, des stands de restauration, des allées et des accès adaptés, la mise en œuvre des règlementations cantonales par le biais d'un concept de protection, une exploitation des bars et des festivités très réduites, voire inexistantes, mais il devrait y avoir de la marge pour socialiser au niveau des sociétés.
  • Variante «Sport»: Uniquement des compétitions dans le respect d'un concept de protection, pas de mixage des sociétés, pas de spectateurs, pas de restauration, pas de bars ou de festivités. Les sociétés arrivent, effectuent leur compétition puis repartent.

Les limites de participation respectives pour les trois variantes sont soumises aux réglementations fédérales et cantonales applicables en matière de coronavirus. Outre la variante «Standard», la variante «Sport» devrait rassembler le plus grand nombre de participants, car les points de contact avec les autres participants – tant en termes de temps que d'espace - seraient très réduits.


 
Aperçu des fêtes de gymnastique 2021


Photo en haut: Regard vers l'avenir: la flexibilité est tout aussi importante pour les comités d'organisation que pour les participants.

Vous pouvez également trouver cet article dans GYMlive 6/2020.

Co-Partner

Partner