Doris Zürcher: « Une belle mission »

8 octobre 2020

Elle s'occupe de la garde d’honneur de la Fédération suisse de gymnastique (FSG) depuis près de 20 ans. En tant que fonctionnaire méritante, Doris Zürcher peut également prétendre manier le témoin de l’estafette GYMlive. « A vos marques, prêts, partez ! »

 
Doris Zürcher, décrivez-vous en tant que personne, présentez-vous en quelques mots aux lecteurs de GYMlive :

Doris Zürcher : Je suis une personne positive et ouverte et j'aime passer du temps avec des gens heureux. Je suis ordonnée et j'attends un travail propre et précis de ma part.
 

Vous vous engagez pour la gymnastique, sur divers fronts, depuis des décennies. Vous souvenez-vous de votre premier contact avec la Fédération ?

Lorsque nous avons déménagé à Warth en 1972, il n'y avait pas encore de salle de sport. La gymnastique à l’école avait lieu à l'extérieur et seulement quand il faisait beau. En fait, trois leçons de gymnastique par semaine étaient obligatoires. Je me suis donc plainte au président de l'école et, trois jours plus tard, l'inspecteur de l'école était à notre porte. Il m’a dit que je pouvais prendre en charge la gymnastique à l'école. À partir de ce moment, j'ai été professeure de gymnastique remplaçante à Warth pendant de nombreuses années. J'ai continué à m'y investir et je suis devenue membre de la commission de gymnastique féminine de Thurgovie. Finalement, j'ai repris la direction technique de l'Association de gymnastique féminine de Thurgovie. Dans ce rôle, je suis entrée en contact avec la Fédération suisse de gymnastique, la FSG, lors de cours et de conférences.
 

Quelles fonctions avez-vous déjà exercées ?

Après 20 ans et diverses fonctions au sein de l'Association de gymnastique féminine de Thurgovie, j'ai accepté mon premier emploi au sein de la Fédération suisse de gymnastique en 1995, en tant que responsable de cours dans le ressort senior féminin. Peu de temps après ma prise de fonction, le système de formation a été adapté. L'Office fédéral du sport souhaitait mettre en place un enseignement sportif transversal pour les seniors et j'ai également été active dans cette commission. Quelques années plus tard, la FSG a changé sa structure. Il y avait de nouvelles divisions au-dessus des ressorts. Entre-temps, j’ai été nommée cheffe du ressort des femmes seniors et j'ai été nouvellement élue cheffe de la division. En conséquence, j'avais automatiquement un siège au Comité central de la FSG.
 

Vous vous occupez de la garde d’honneur de la FSG depuis 18 ans. Comment êtes-vous entrée dans ce métier plutôt inhabituel ?

Je me suis jetée à l’eau, pour ainsi dire. En avril 2002, Rita Elsener-Canepa, qui était responsable de la garde d’honneur, est décédée. La réunion des membres honoraires devait avoir lieu en mai et j'ai repris l'organisation. Etant donné que je quittais le Comité central à la fin 2002 et que je connaissais déjà beaucoup de monde à travers mes différentes fonctions, on m'a demandé si je voulais prendre la relève.


Christian Blandenier, qui vous a passé le témoin de l’estafette, aimerait savoir si vous recevez beaucoup de cartes de vœux pour votre anniversaire ? 

Pas autant que j'en envoie, mais quand même beaucoup. Durant ma visite, je suis étonnée par les nombreuses cartes affichées.
 

Vous avez assisté au développement de la gymnastique en Suisse. Comment pensez-vous que cela a évolué ?

La fusion de l'Association suisse de gymnastique féminine et de la Société fédérale de gymnastique pour former la FSG en 1985 a amené beaucoup de changements, surtout positifs. La gymnastique s'est énormément développée. Elle est devenue plus colorée et variée. Les deux associations ont bénéficié l'une de l'autre. Bien sûr, il y avait des opposants à cette fusion, mais c’est quelque chose d’habituel lors de tout changement.
 

Le bénévolat perd de plus en plus de sympathisants. Comment pouvez-vous amener plus de personnes à faire à nouveau du bénévolat ?

Trouver des bénévoles n'a jamais été facile. Mais je pense que c'est encore plus difficile de nos jours. De nombreux jeunes sont plus occupés qu'avant - également en ce qui concerne leur travail. Deux choses sont importantes pour moi : lorsque vous demandez un service à quelqu'un, vous devez transmettre des choses positives au candidat. Vous pouvez par exemple mettre en avant tout ce que vous avez appris au fil des ans en tant que bénévole. Cet aspect devrait figurer au premier plan avant d’entrer dans les détails du cahier des charges. Bien sûr, cela en fait également partie, il faut être honnête et ne rien cacher. Il est également important de rechercher d'éventuels successeurs à un stade précoce. Cela vous permettra d’emmener les candidats avec vous à des cours et des conférences avant leur entrée en fonction afin qu'ils puissent voir ce qui les attend. De plus, ils apprendront à connaître les personnes avec qui ils travailleront plus tard.
 

Vous en avez vu beaucoup au cours de toutes ces années en tant que fonctionnaire. Avez-vous des anecdotes ?

J'en ai vraiment vu beaucoup. Mais c’est difficile de raconter des anecdotes qui sortent du lot. Il y a eu de nombreux moments forts, mais ceux-ci n'intéressent que les personnes qui étaient là. Je peux cependant vous raconter cette petite histoire qui m'a beaucoup émue personnellement : J'étais malade au lit avec la grippe et de la fièvre. Le téléphone a sonné et, bien qu’au début je ne veuille pas y répondre, j’ai fini par décrocher. Un journaliste du Thurgauer Zeitung était au bout du fil. Il m'a félicité d'avoir été élue « Promotrice des sports de Thurgovie » de l'année. Je lui ai dit qu'il s’était trompé de numéro, mais il me cherchait vraiment. J'ai eu beaucoup de difficulté à y croire.
 

Maintenant à vous en tant que personne. Lorsque vous ne faites pas votre travail de bénévole, comment aimez-vous passer votre temps ?

Je fais beaucoup de travaux manuels, y compris les cartes d'anniversaire pour les membres d'honneur. Cela représente environ 500 anniversaires et 80 cartes de Noël par an. Sinon, mon mari et moi aimons faire des activités culturelles, comme aller au théâtre ou à des concerts.
 

Christian Blandenier souhaite savoir si vous serez présente, en tant que spectatrice, à l’Eurogym de Neuchâtel en 2022 ?

(rires) Oui, pourquoi pas. C’est très probable, car je participe toujours à de telles manifestations de gymnastique.

 

Interview: Simona Stöckli/ahv
Photo: Alexandra Herzog

 

Photo en haut: « Trouver des volontaires n'a jamais été facile. »

 

L'intégralité de l'interview peut être lue dans GYMlive 5/2020 (sera publié le 8.10.2020).

Main Partner

Co-Partner

Partner