Ça « rampe » dans les salles

5 octobre 2020

Courir, se défouler et découvrir en même temps de nouveaux engins de gymnastique, voilà ce que propose la gymnastique « krabbel » ou gymnastique à 4 pattes. Cette gymnastique pour les enfants, qui se pratique sur une aire de jeu un peu spéciale dans les centres régionaux de performance, connaît un grand succès et constitue en même temps un complément à l'offre de gymnastique P+E.

Avec un grand sourire sur son visage, une petite fille se fraye un chemin hors de la grande fosse de réception entre des dizaines de cubes de mousse. Quelques secondes plus tôt, les enfants ont pu sauter dans la fosse, qui est avant tout destinée à éviter les accidents. Un peu plus loin, ce sont les rires de deux garçons qui courent sur la piste gonflable (Airtrack) que l’on entend. Ce genre de scène se déroule chaque semaine dans certains centres de formation grâce à l’ouverture des installations aux tout-petits. L'une des nombreuses institutions de ce type se trouve dans le canton de Bâle, à Liestal. « Très grande », déclare Thomas Rutishauser, directeur du Centre de gymnastique artistique et de trampoline de Suisse du Nord-Ouest Liestal (NKL), interrogé sur l'importance de la gym à quatre pattes dans son centre.

 

Faire connaître l’installation

Depuis une dizaine d'années, plusieurs fois par semaine, les plus-petits peuvent découvrir le monde de la gymnastique à la Rosenhalle de Liestal. Les enfants peuvent se défouler et s'amuser sur divers équipements de gymnastique tels que l'Airtrack, la fosse de réception et ses cubes en mousse ou les espaliers, sous la surveillance d'un accompagnateur. Ce n'est pas pour rien que le directeur, Thomas Rutishauser parle d'un « terrain de jeu un peu spécial » à cet égard. Un coup d'œil aux statistiques montre à quel point cette gymnastique à quatre pattes est un succès. La NKL a comptabilisé 7 500 entrées l'année dernière et la tendance est croissante.

« Avec cette offre, nous pouvons mieux faire connaître notre institution aux enfants et aux adultes. De plus, le prix du billet d’entrée représente une importante source de revenus pour notre centre », explique Rutishauser. Liestal n'est pas le seul à ouvrir son centre de formation au grand public et proposer cette offre. De nombreux centres de performance dans toute la Suisse proposent ce programme d’activités (liste ci-contre) et cela avec beaucoup de succès, comme le montre une enquête GYMlive auprès d'institutions sélectionnées.

Werner Gottier, président de Gym Berner Oberland à Uetendorf, tire un bilan intermédiaire positif de son offre « Gym’n’Fun for Kids ». Le centre de gymnastique a également repris ce concept lors de son ouverture à l'automne dernier. « Cela nous permet d'utiliser l'infrastructure les matins libres et en même temps de faire de la publicité indirecte pour notre centre et pour la gymnastique artistique dans la région », explique Gottier. Il voit également de nombreux avantages dans la gym à quatre pattes. Outre l'aspect financier, c'est surtout l'occasion pour les enfants de se défouler librement - ou, comme le dit Gottier, de « se changer les idées ». Après environ un an de gymnastique à quatre pattes à Gym Berner Oberland, les commentaires des parents sont toujours positifs.


Utiliser l'infrastructure existante

Cela semble similaire en Suisse orientale. Avec l'ouverture de la nouvelle salle d'entraînement à Mels, Christof Kuoni, président du Turnwerk Südostschweiz, espère que l'importance de la gym à quatre pattes augmentera encore davantage. Il y avait déjà un grand intérêt à l'emplacement précédent, dans la salle de gymnastique de Maienfeld, qui a été remplacée par la nouvelle salle en août. « La nouvelle infrastructure nous offre encore plus d’opportunités. Grâce à une plus grande superficie, nous pouvons également augmenter la capacité », déclare Kuoni avec joie. Il s'attend à ce que les revenus de la gym à quatre pattes représentent environ dix pour cent des ventes annuelles. Le plus important est d'amener les enfants dans la salle. « La gym à quatre pattes est une opportunité idéale pour utiliser l'infrastructure existante et en même temps positionner le sport des enfants », explique Kuoni, ajoutant : « La zone d’activité physique est déjà en place dans la salle d'entraînement. C'est pourquoi il est idéal d'offrir quelque chose qu'une salle de sport normale avec ses installations ne peut pas faire. » Christof Kuoni va même plus loin et recommande vivement l'offre de gymnastique à quatre pattes à tous les centres d'entraînement fixes. L'importance de cette gym pour les institutions n'est pas seulement évidente à Mels, où des engins de gymnastique particuliers ont été spécialement achetés pour cela. A Liestal, la salle pour les petits est aménagée différemment à chaque fois. « Nous offrons toujours aux enfants quelque chose de nouveau qu'ils peuvent explorer et essayer », déclare Thomas Rutishauser.


Pas de concurrence, mais de la complémentarité

Le développement de la gym à quatre pattes, qui s'adresse généralement aux enfants de l'âge de la gymnastique P+E, est également observé avec intérêt par la Fédération suisse de gymnastique (FSG) depuis longtemps. « Nous constatons que, dans toute la Suisse, les retours sont très positifs et que cette offre est également largement utilisée », déclare Patrick Wyss, chef du secteur sport des enfants et des jeunes à la FSG. Ce dernier ne veut pas parler de concurrence à la gymnastique P+E, même si certains le voient de cette façon. « Pour moi, la gym à quatre pattes est un bon complément, car elle est structurée différemment à bien des égards », poursuit Wyss. C'est un terrain de jeu très attractif pour les enfants, dans une salle couverte. Contrairement à la gym à quatre pattes qui favorise le développement moteur davantage par le hasard, la gymnastique P+E encourage consciemment et spécifiquement le développement physique, social et linguistique.

Les responsables des centres d'entraînement ne voient pas non plus leur offre comme une concurrence à la gymnastique P +E. « La gymnastique P+E est plus structurée et les séances d'entraînement sont soigneusement organisées. Dans la gym à quatre pattes, cependant, tout se déroule de manière flexible. Nous la voyons davantage comme une offre complémentaire », déclare Christof Kuoni de Turnwerk Südostschweiz.


Un bénéfice mutuel

Thomas Rutishauser ajoute : « Nous veillons même à ne pas être perçus comme une offre concurrente. » Les chiffres constants de la gymnastique P+E ces dernières années, avec environ 20 000 enfants inscrits, montrent que la population en général ne la voit pas de cette manière. « Afin de renforcer le développement de l'enfant, nous recommandons de suivre régulièrement les cours P+E, car c’est grâce aux séances d’entraînement hebdomadaires que l'enfant peut davantage se développer », explique Wyss. Il ajoute que la gym à quatre pattes est une pièce importante du puzzle dans le développement des futurs gymnastes en raison du caractère non contraignant de l'offre. Ce concept permet aux parents qui n’ont pas de lien avec la gymnastique de faire un premier pas dans ce monde. À cet égard, la gymnastique P+E et la gym à quatre pattes pourraient en fin de compte bénéficier l'une de l'autre et ainsi assurer à l'avenir des visages rayonnants et des enfants souriants dans les salles de gym, que ce soit dans un centre de performance régional ou dans la salle de gym du village local.


Texte: Thomas Ditzler/el
Photo: màd 


Vous pouvez également trouver cet article danGYMlive 5/2020.


Main Partner

Co-Partner

Partner